Browsing Category

Rhône

    Articles Rhône

    Hermitage – Appellation de Légende

    2 janvier 2017

    Pour de nombreux amateurs et professionnels du vin, c’est sans hésitation sur les terres de l’appellation Hermitage, située en Côte du Rhône Septentrionale, que l’on produit la quintessence de la Syrah.

    Nos ancêtres ne s’y étaient pas trompés. A l’époque romaine, de célèbres écrivains comme Pline ou Martial faisaient déjà l’éloge des vins de Tegna (devenu Tain L’Hermitage par la suite). Des siècles plus tard, aux 18ème et 19ème, l’Hermitage participait aux plus belles tables de France. Le nom à lui seul justifiait que l’on débourse les sommes les plus folles depuis Versailles… jusqu’à la cour d’Angleterre 🙂

    Et ce nom, d’où vient-il ?

    Selon la légende, le nom « Hermitage » viendrait du chevalier de Sterimberg qui, rentrant de croisade contre les Cathares, voulut se repentir en vivant dans un ermitage sur la colline de Tain. Aujourd’hui, comme pour perpétuer la légende, on retrouve une jolie petite chapelle au sommet de cette même colline.

    Le long des côteaux où cohabitent en bonne intelligence de grands négociants (Chapoutier, Guigal, Jaboulet, etc), sans parler du discret producteur Jean-Louis Chave (dont le domaine est impossible à visiter si on ne s’appelle pas Beyoncé), les vignobles ont été découpés à la Bourguignonne, en différents climats, selon la nature des sols, l’altitude et l’exposition. Parmi les climats les plus connus, on peut citer « Les Bessards » (où l’on retrouve La Chapelle de l’Hermitage) et « Le Méal » (qui donne des vins plus solaires grâce à son exposition plein sud).

    Viticulture Héroïque

    A Hermitage, comme sur à peine 5% des vignobles Européens, on pratique une viticulture dite « héroïque ». Héroïque car elle est pratiquée en altitude et que les vignobles plantés en côteaux présentent une déclivité de plus de 30 degrés, ce qui rend toute mécanisation impossible! Pour limiter l’érosion inexorable des sols, les terres sont retenues à intervalles réguliers par des murs en pierre. A Hermitage, la plupart des vignerons pratiquent une viticulture bio ou en biodynamie, ce qui ajoute encore à la difficulté du travail du sol (pas d’herbicide, l’herbe inter-rang est supprimée à la bêche!).

    Un bon placement

    A l’heure actuelle, Hermitage, l’une des 27 AOC que compte la Vallée du Rhône, reste l’appellation la plus valorisée de la région, bien plus que sa voisine et non moins connue Côte Rôtie. Et ce n’est pas prêt de changer! Comptant seulement 138 hectares répartis entre une poignée d’heureux producteurs et grands négociants en vin, il est rare que l’on retrouve un lopin de terre à vendre sur cette appellation de renom. De quoi faire ici aussi flamber les prix à l’hectare (x 10 en 25 ans!).

    Et le vin dans tout ça ? 🙂

    Finalement, j’en oublie presque de parler du plus important : le vin. La Syrah développe ici une structure et une richesse d’arômes que l’on ne retrouve nulle part ailleurs : réglisse, fruits noirs, olive verte, truffe, pruneaux… La robe est d’une concentration exceptionnelle. Et il ne faudrait pas oublier les non moins prestigieux vins blancs produits sur cette appellation à base de Marsanne et de Roussanne! De vrais bijoux qui accompagneront eux aussi de grands plats.

    Mais attention : comme les autres grands de ce monde, les vins d’Hermitage méritent qu’on les attende quelques années pour les laisser s’assouplir et s’arrondir. Alors un peu de patience et peut-être que comme moi, vous aurez la chance de déguster un jour un vin gardé précieusement en cave et qu’un ami aura la générosité de partager avec vous. Pour ma part, c’était un Jean-Louis Chave Hermitage 1991! Merci Maxime 🙂